Exemples d’assises considérées comme confortables sous Louis XIII, voici deux chaises à bras aux dossiers quasiment droits dont la douceur réside plutôt la façon des accoudoirs, terminés en crosse, et le tournage, dans l’esprit Renaissance, des montants reliant dossiers et accoudoirs au piétement.
Exemples d’assises considérées comme confortables sous Louis XIII, voici deux chaises à bras aux dossiers quasiment droits dont la douceur réside plutôt la façon des accoudoirs, terminés en crosse, et le tournage, dans l’esprit Renaissance, des montants reliant dossiers et accoudoirs au piétement.
Deux inséparables chaises à bras en noyer – Louis XIII – Quercy – [ME089]

On imagine cet instant de délassement pour le maître de céans et sa femme, assis côte à côte sur ces deux chaises à bras, au confort tout de même très Louis XIII, c’est à dire relativement spartiate. Si les dossiers sont peu inclinés et donc presque droits, on remarque toutefois certains éléments de fabrication assez délicats :

  • Les montants qui relient les accoudoirs au piétement traversent littéralement les assises.
  • Ces montants traversants sont tournés au gré de survivances du style Renaissance.
  • Chacun des dossiers découpés en plein cintre présente en son centre une silhouette anthropomorphe.

On notera qu’une des chaises est plus petite que l’autre. On peut supposer qu’au sein du couple, chacun avait la sienne. Ce qui est amusant c’est qu’à y regarder de plus près, ces deux chaises à bras ont chacune leur caractère. Même si les silhouettes au centre des dossiers semblent jouer d’un effet de miroir, les crosses des accoudoirs sont légèrement différentes, tout comme les moulures des montants qui les supportent.
Il faut voir ici la touche personnelle du menuisier en meuble à qui ces deux chaises à bras furent commandées et qui eut l’idée et l’audace d’introduire cette subtile fantaisie.

Dimensions :
Grande chaise à bras
Largeur : 64 cm, hauteur : 117 cm, profondeur : 46 cm.
Petite chaise à bras
Largeur : 59 cm, hauteur : 108 cm, profondeur : 42 cm.
Référence : [ME089]

La plus grande de ces deux chaises à bras Louis XVIII était probablement celle du maître de céans qui trouvait, au moment de s’y asseoir, quelques instants de répit et de délassement.
La plus grande de ces deux chaises à bras Louis XVIII était probablement celle du maître de céans qui trouvait, au moment de s’y asseoir, quelques instants de répit et de délassement.
La plus petite de ces deux chaises à bras Louis XIII accueillait l’épouse du maître de céans. On peut les imaginer tous deux assis auprès d’une grande cheminée et profitant à la veillée d’une belle flambée réconfortante.
La plus petite de ces deux chaises à bras Louis XIII accueillait l’épouse du maître de céans. On peut les imaginer tous deux assis auprès d’une grande cheminée et profitant à la veillée d’une belle flambée réconfortante.
On observe sur les dossiers de ces deux chaises à bras Louis XIII, deux étonnants motifs de silhouettes humaines détourées. Elles sont expressives et apportent une touche de poésie à cet ensemble conçu manifestement pour un couple, l’une des deux assises étant plus petite que l’autre.
On observe sur les dossiers de ces deux chaises à bras Louis XIII, deux étonnants motifs de silhouettes humaines détourées. Expressives, quasi totémiques, elles apportent une touche de poésie à cet ensemble conçu manifestement pour un couple, l’une des deux assises étant plus petite que l’autre.
À y regarder de plus près, ces deux chaises à bras ont chacune leur caractère. Même si les silhouettes découpées au centre des dossiers semblent jouer d’un effet de miroir, les crosses des accoudoirs sont légèrement différentes, tout comme les moulures des montants qui les supportent.
À y regarder de plus près, ces deux chaises à bras Louis XIII ont chacune leur caractère. Même si les silhouettes découpées au centre des dossiers semblent jouer d’un effet de miroir, les crosses des accoudoirs sont légèrement différentes, tout comme les moulures des montants qui les supportent.
Placées dos à dos, ces deux chaises à bras Louis XIII révèlent leur différences et pour autant leur accord parfait, notamment grâce à la correspondance des deux figures humaines détourées, placées au centre de chacun des dossiers.
Placées dos à dos, ces deux chaises à bras Louis XIII révèlent leur différences et pour autant leur accord parfait, notamment grâce à la correspondance des deux figures humaines détourées, placées au centre de chacun des dossiers. Cet ensemble possède, et ce n’est pas là son moindre attrait, la touche personnelle du menuisier en meuble inspiré qui eut l’audace d’introduire, tout en subtilité, l’expression de sa propre fantaisie.

Je suis intéressé(e)